Shiraz, capitale Perse des Arts

Catégories CARNETS DE VOYAGE, Iran

Shiraz a été mon premier vrai arrêt en Iran. Après une arrivée en avion à Téhéran à 4h du mat’, j’ai décidé de rester 2 jours dans la capitale, histoire de retrouver toute mon énergie et d’apprivoiser l’ambiance locale. Parce qu’arriver en Iran est quand même un dépaysement total : entre la chaleur, le muezzin, l’architecture … la circulation et quelques nouvelles habitudes à prendre, surtout en tant que femme (comme ne pas mettre un pas dehors sans son voile ou vérifier en permanence s’il est bien ajusté sur sa tête), 2 jours pour se mettre dedans n’étaient certainement pas de trop !

Et puis hop, direction, le bus de nuit pour Shiraz, où une amie rencontrée sur Couchsurfing m’attendait, et a prévu de m’héberger.

Persepolis 1

Shiraz, située dans le Sud du pays est la capitale de la province Fars … et a été quelques années la capitale de la Perse elle-même. Considérée comme une des plus vieilles villes d’Iran, sa construction aurait débutée au VIIè siècle. Elle est connue comme étant la « Cité des arts », puisque de nombreux poètes, notamment Sa’adi et Hafez, adulés par les iraniens, y ont vécu; et que l’on y organisait de nombreux festivals … avant la Révolution islamique.

mosquée Shiraz

Également, Shiraz est connue pour son excellent vin, dont le cépage est reconnu depuis des siècles … Aujourd’hui, le raisin est toujours cultivé et le vin y est toujours fabriqué, mais officiellement destiné à l’exportation uniquement (l’alcool étant prohibé sous la République islamique).

Premier jour : premières découvertes

Je suis arrivée à Shiraz tôt le matin, à l’heure où la ville est encore calme. Mais je suis déjà propulsée dans une ambiance digne des plus grands contes d’Orient. L’architecture est le plus grand choc, hormis les tenues bien différentes de la population. Les murs des maisons sont en argile ocre ou dans les tons orangés, il n’y a que des toits plats, et les grandes mosquées bleues et turquoises montrent déjà leurs dômes par-ci par-là.

rues Shiraz.jpg

Pas le temps d’en voir plus pour l’instant, j’arrive déjà chez Ladan (mon hôtesse pour ces prochains jours). Elle m’emmène chez elle, un grand appartement où je me sens à l’aise dès les premiers instants. Nous passons la matinée à faire connaissance … Ladan est une fille extraordinaire, avec un sens de l’accueil hors du commun et une intelligence et une ouverture d’esprit impressionnante. D’ailleurs, elle héberge son meilleur ami chez elle, Keyvan, ce qui lui fait prendre des risques au quotidien puisque les iraniens de sexe différent n’ont pas le droit de vivre ensemble s’ils n’appartiennent pas à la même famille.

L’après-midi, c’est Keyvan qui s’occupe de moi et qui m’emmène à l’assaut de la vieille ville. C’est agréable d’avoir un guide qui connaît la ville comme sa poche, et juste de se laisser balader au gré de ses pas. Nous commençons par une visite de la Citadelle Karim Khan et de la Maison Qavam, assez décevante je dois dire (hormis le jardin) puisqu’assez cher pour ce qu’il y a à voir.

Forteresse Shiraz
Forteresse Shiraz 1

Puis, mon nouvel ami me fait goûter une spécialité locale : un dessert appelé Faloudé, une glace constituée d’espèce de vermicelles croquants sans goûts, et une sauce sucrée-citronnée-à la fleur de rose excellente. Nous visitons quelques jardins iraniens, et traversons la ville à pied pour nous rendre sur la fameuse tombe d’Hafez, ce grand poète iranien plus qu’admiré par la population perse ! L’ambiance est incroyable, on est directement plongé dans la culture iranienne. Évidemment, il y a très très peu de touristes. Mais les iraniens eux, sont bien de sortie en ce début de soirée : il y a des familles, des amis, tout un tas de gens qui se mélangent, discutent, rient … C’est agréable !

mausolée Hafez 1
mausolée Hafez 2

Toujours dans la même ambiance mais de nuit cette fois, je termine ma journée par une visite du Tombeau de Saadi, un autre poète ultra-célèbre. Et oui que veux-tu, les iraniens sont complètement fans d’art : de musique (et de guitare), de chants, mais surtout de poèmes … Ce n’est pas pour rien que Shiraz est connue comme étant la capitale des arts.

tombeau Saadi.jpg
tombeau Saadi 1.jpg

Deuxième jour : Persépolis et soirée à l’iranienne

Aujourd’hui, c’est la visite des fameuses ruines de Persépolis qui sont au programme. À Téhéran, je me suis fait des amis français, et cette visite était l’occasion de tous nous retrouver, et de partager le prix du taxi !

Le rdv est fixé à 7h du matin à leur auberge, on veut y aller le plus tôt possible pour éviter la foule (qui n’existe en fait pour l’instant pas vraiment) et les grandes chaleurs de la journée. Nous parcourons une cinquantaine de kilomètres dans le désert, avant d’arriver sur le site.

Puis, il faut encore marcher quelques centaines de mètres avant d’enfin, atteindre et monter les grands escaliers principaux qui mènent à l’entrée de la Cité de Persépolis. Cela faisait tellement longtemps que ce nom me faisait rêver … et ça y est, j’y suis ! Avec de la chance en plus, puisque nous n’avons croisé quasiment personne. Pas de guide non plus à l’entrée, que nous aurions pourtant bien aimé avoir.

Persepolis

Persépolis est beaucoup moins grande que dans mon imaginaire. Il y a énormément de ruines (dommage qu’il ne soit pas possible de marcher dans la totalité du site, conservation oblige mais bon), dont certaines sont dans un état de conservation incroyable comme des colonnes, ces grands chevaux à l’entrée ou certaines estrades.

Persepolis 2
Persepolis 3

Nous sommes de retour à Shiraz en début d’aprem, et j’en passe une bonne partie avec Ladan, Keyvan et une de leur amie dans l’appartement … avant de ressortir avec mon fidèle acolyte, avec qui nous avons prévu ensuite de rejoindre mes amis français, pour une jolie soirée en perspective !

Mais d’abord, un peu de visites … encore ! C’est au coucher du soleil que nous pénétrons tous dans la Mosquée Vakil. Je découvre d’abord une Cour merveilleuse, dont les ornements en mosaïques bleus et or sont extraordinaires. Et l’intérieur est encore plus à couper le souffle : on y trouve des dizaines de colonnes torsadées, posées de manière impeccablement symétrique. Là encore, il n’y a quasiment personnes, nous et quelques iraniens qui, curieux, viennent nous poser quelques questions. Le moment est suspendu … et ce n’est que le premier d’une longue liste !

mosquée Vakil 1
mosquée Vakil

En ressortant de là, Keyvan nous emmène à la découverte des souks de la ville. Que j’aime cette ambiance effervescente … encore ! Décidement, pour l’instant, je n’ai pas grand-chose à redire sur l’Iran. Les étalages défilent sous nos yeux : des grands tissus aux tapis perses, en passant par des épices multicolores ou des stands plus basiques de vêtements ou de bijoux dorés, il y en a pour absolument tous les goûts. Nous déambulons un petit moment ainsi, avant que Keyvan nous emmène, direction la visite de la mosquée Ali Ibn Hamza.

Bazar Shiraz
bazar Shiraz 1

Il nous faut, pour nous les filles encore plus nous couvrir, on enfile un espèce de drap par-dessus nos tuniques et nos voiles … et quand on découvre la cour intérieure, on est ébahis. Par cette architecture encore, par cette ambiance … parce qu’on réalise la chance que l’on a d’être ici. Pour rentrer à l’intérieur de la mosquée même, il faut que nous quittions les garçons qui ont une autre salle qui leur est dédiée … Nous entrons, et le moment est magique, presque émouvant. Il n’y a que des femmes, venues là pour prier et se recueillir sur la tombe de cet ancien ismaélite, fondateur de la religion Druze.

On est plongé dans l’ambiance, comme si nous avions été téléportées dans un film à un moment T, et qui continuait de défiler sous nos yeux malgré nous. Parfois, ce doux moment est complété par la curiosité de nos hôtes, qui ne voient pratiquement aucun touriste. Alors, alors qu’elles ne parlent aucun mot d’anglais, ces femmes viennent nous voir, nous faire des grands sourires ou nous demande des photos …

La déco elle, est totalement déjantée. On appelle aussi cette mosquée Ali Ibn Hamza, la mosquée aux miroirs, et ce n’est pas pour rien ! À l’intérieur, il n’y a que des miroirs partout, un peu plus et on se croirait en boîte de nuit.

La soirée se terminera en apothéose, puisque nous rejoignons tous Ladan pour un bon resto aux saveurs (et à la déco) typiquement iraniennes … avant d’entamer une soirée musique perse, thé, narguilé … et amis, un combo parfait !

Jour 3 : le calme avant la suite

Aujourd’hui est une journée assez tranquille. On prend notre temps pour se lever puisque la veille, nous nous sommes couchés assez tard. C’est ma dernière journée à Shiraz alors je suis assez nostalgique, surtout de quitter Ladan et Keyvan. D’ailleurs, j’ai fini par décaler mon billet de bus au lendemain matin, histoire de profiter de ma soirée avec eux.

Pour la journée, j’ai donc décidé de retourner marcher tranquillement dans la vieille ville, ses petites ruelles et leurs souks. Et surtout, j’entreprends enfin la visite de la fameuse mosquée Nasir-ol-Mok (joliment surnommée la Mosquée rose). Et une fois encore, je ne suis pas déçue.

Quand je pénètre dans l’enceinte de la mosquée, la cour ressemble à celle visitée hier. Il y a toutes ces mosaïques, ce bassin intérieur … Mais l’intérieur lui, est encore plus beau que celui de la mosquée Vakil, même s’il lui ressemble. Il y a ces larges colonnes torsadées. Mais cette fois, il y aussi tous ces tapis rouges perses au sol, ce qui donne presque une ambiance cosy. Et des vitraux colorés laissent passer les rayons du soleil pour colorer la salle d’un ton chaleureux … rose ! Je reste un moment assise là, avant de retourner chez Ladan pour ma dernière soirée à Shiraz.

mosquée rose
mosquée rose 1

Demain matin aux aurores, le bus m’attend, direction Kerman, et la découverte du désert des Kaluts, le plus chaud désert du monde.

mosquée rose 2

On se retrouve vite pour de nouvelles aventures,

0 commentaire sur “Shiraz, capitale Perse des Arts

Laisser un commentaire