Se ressourcer dans la nature : les Parcs du Québec

Catégories Canada, CARNETS DE VOYAGE

Imaginer le Québec, c’est imaginer ses grands espaces, ses forêts denses et ses lacs. Mais entre les Parcs Canada, les réserves fauniques et les parcs de la SEPAQ, dur dur de faire un choix … Parce que la nature permet aussi une multitude d’activités : randonnées, baignades et kayak l’été, raquettes, ski et même vélo l’hiver. C’est agréable de pouvoir prendre la voiture et s’éloigner de la folie de Montréal si rapidement. En quelques heures à peine, on peut déjà se retrouver perdus au milieu de la nature et des grands espaces. L’ambiance canadienne est là !

Pour vous donnez l’eau à la bouche et vous permettre d’y voir plus clair, voici un petit aperçu en récit, et en photos, de ce qu’il y a à découvrir. Été comme hiver, c’est magique !

Route.jpg


Les parcs Canada du Québec

Le parc de la Mauricie

Le Parc de la Mauricie est idéalement situé puisqu’à 2 heures en voiture, au nord de Montréal. Et le dépaysement est déjà plus que total. De nombreux chemins de randonnées parsèment l’immense parc, passant par des cascades, des points de vus ainsi que des lacs et des rivières. Il n’est d’ailleurs pas rare de croiser des barrages et maisons de castors.

Le secteur des sentiers Lac-Solitaire, Ruisseau-Bouchard et Lac-du-Pimbina est parfait pour les randonnées ! Il y a plusieurs niveaux de difficulté donc pas de problème pour les moins téméraires. Et puis, tous les chemins passent tous par des endroits super variés.

Le secteur des cascades et des falaises est à privilégier pour passer un moment plus zen. La balade qui mène aux cascades est agréable et vraiment peu longue. Une fois arrivée, c’est un endroit parfait, prisé pour les pique-niques quand les jours se font meilleurs.

mauricie-1
mauricie-5

Vous l’aurez compris, la Mauricie est donc un parc idéal pour se relaxer et explorer la nature du Québec. Pratique puisque proche de Montréal et de Québec, le parc permet de s’évader et de se perdre dans son immensité. Un peu plus et on s’attendrait à croiser quelqu’animal … légendaire ou non !

Aux berges du lac Castor : l’endroit est parfait pour les amoureux de la nature. Les différentes habitations que l’on choisit (yourte, chalets, loft …) sont parsemées au milieu des bois. Les infrastructures sont parfaites, il y a même un joli lac sur lequel faire du kayak gratuitement. D’ailleurs nous avons croisé sur ses bords un mignon petit raton-laveur ! L’accueil est très sympa et sans prétention. Le lieu fait plus penser à une petite communauté plutôt qu’à une location en tant que telle.

Le parc de Forillon

Attention les yeux ! Trop de beauté dans cet incroyable parc, situé tout à l’est du Québec dans la fabuleuse région de la Gaspésie.

Endroit parfait pour des randos en bord de falaises, où les vagues se déchaînent et viennent frapper la roche. Ambiance marine avec les mouettes, les phoques et les baleines que vous pourriez apercevoir. Ambiance faune canadienne avec ses milliers de porc-épiques trop choux !

Le sentier des Graves qui mène vers « le bout du monde » est à ne pas manquer pour se retrouver face à l’océan. Une impression que la terre s’arrête à vos pieds. Et surtout, surtout, surtout (surtout!) le best sentier ever, est celui du Cap-bon-ami. La tour, qui offre un incroyable point de vue sur les paysages alentours offre LE clou du spectacle !



Les parcs de la SEPAQ

Le parc de la Jacques Cartier

Changement d’ambiance, changement de décor. Cette fois, cap au nord, au-dessus de Québec. Il y a un peu de route depuis Montréal, mais pourquoi pas justement en profiter pour faire un petit stop et visiter la belle ville de Québec ?!

La caractéristique de ce parc ? Il a été formé par les glaciers, qui ont laissé derrières eux une superbe vallée, traversée au coeur par la rivière Jacques Cartier. On est moins dans l’ambiance « lacs », mais ça n’en reste pas moins incroyable.

jc
jx1

Là aussi, toutes les activités à faire dans les parcs canadiens sont parfaitement accessibles. En été, remonter la rivière en canot-camping (que j’ai testé, mais dans un autre parc du Québec) doit être magique. En hiver, l’endroit est idéal pour s’essayer au fameux « fat bike ».

Le petit gros must ? Les orignaux du parc (ces grands élans que l’on ne retrouve qu’au Québec, oui, là on est complètement dans l’ambiance !) sont surnommés « Kodak » parce qu’ils adoooorent se faire photographier par les visiteurs.

Et pour preuve, à  mi-chemin du retour, alors qu’on ne s’y attendait plus, on remarque plus bas sur le chemin un attroupement de gens qui regardent quelque chose … et qui nous font des grands signes de nous taire. Et on sait tout de suite pourquoi !

À la tombée de la nuit, nous rentrons au chalet que nous avons loué au bord d’un lac, au milieu du parc et nous décidons de faire un tour en barque. L’ambiance est mystique … Il nous semble même entendre des hurlements de loups au loin. L’imagination a peut-être croisée la réalité, nous-mêmes nous ne le savons pas.

Le parc du Fjord-Saguenay

On monte de plus en plus dans le nord du Québec puisque cette fois, nous sommes à 6 heures de route de Montréal ! On ne niaise plus !


Le décor est encore totalement différent. Le paysage rappelle ici celui des pays scandinaves. Plus de rivières ni de lacs, place au majestueux fjord-Saguenay. Les falaises, plongent à pic et c’est magnifique, que ce soit vu d’en haut comme d’en bas.

Là aussi les activités sont au rendez-vous. Durant la saison estivale, randos et kayak sur le fleuve. Vous pourriez croiser une baleine ou des Bélugas puisque nous sommes maintenant proches de Tadoussac ! Durant l’hiver, profitez-en pour tester le sport national : la pêche sur glace !

Saguenay 2.jpg

Le parc des Monts-Valin

On continue vers le Nord du Québec, direction cette fois le parc des Monts-Valin. Situé de l’autre coté du parc du Fjord-Saguenay évoqué juste au-dessus, il ne manque pas d’atouts, surtout en hiver. Notez que ce parc détient le plus haut taux d’enneigement du Québec !!! Alors l’hiver, c’est bienvenus dans un autre monde, le monde des neiges. Avec sa fameuse Vallée des fantômes, THE must, une chose est sûre, vous ne serez PAS déçus !

Le parc du Bic

Et hop, nouveau parc, nouveau décor … encore !

Pour se rendre au parc du Bic en voiture, il faut également compter environ 6 heures de voiture. Nous sommes cette fois-ci de l’autre côté des berges du Saint-Laurent.

La particularité du parc ? Il est beaucoup plus petit que les autres (ne vous inquiétez pas, il y a quand même sacrément de quoi faire !) mais surtout, il est situé si haut vers l’embouchure du Saint-Laurent que l’eau est encore salée et les marées existent. Oui,oui, il y a des marées basses, et des marées hautes, je n’avais jamais vu ça pour un fleuve.

La nature y est vraiment incroyable !  Les paysages varient, tout semble plus aéré … et aérien ! Le petit plus l’hiver : les bords du Saint Laurent sont gelés et ça fait comme des mini-icebergs.

bic-1
bic

La faune diffère aussi : si vous êtes chanceux, il n’est pas rare d’y voir des phoques. Ce que nous avons eu la chance d’expérimenter quand nous sommes repassé par le Parc en octobre 2018. Les couleurs automnales donnent cette fois une ambiance magique. Les paysages sont tellement différents de ce que l’on a découvert en hiver.

Nous découvrons de nouvelles formations rocheuses que nous ne voyions pas vraiment sous la neige et la glace …


DLe Refuge du vieux loup de mer : plusieurs chalets sont parsemés à travers les bois, surplombant le Saint-Laurent. Les chalets sont typiques et l’ambiance trappeur : fourrures et têtes d’animaux accrochées, des barques relevées en guise de bibliothèque, des peintures amérindiennes… le tout confortablement installés au coin du feu, tout y est !

Le parc du Mont-Mégantic

Cette fois, on change de région et on s’en va vers les Cantons de l’est, à l’est de Montréal, comme vous l’aurez deviné. À environ 2h30 de Montréal, le parc est surtout connu pour son observation du ciel. On peut profiter de‘Astrolab, un super observatoire méga-géant idéalement situé dans la première réserve étoilée protégée !

Manque de bol pour nous, le ciel était couvert et le temps bien neigeux. Mais ça n’a rien enlevé au charme de l’endroit : grands espaces, forêt dense parsemée de rivières … Et surtout, le calme absolu: il n’y avait personne. Comme c’est bon de s’éloigner un peu de la folie de la vie (et de la ville !) pour se ressourcer !

mont-megantic

En hiver, toutes les balades, passant par de somptueux points de vues,  sont accessibles à raquette ou en ski ! Et surtout, pour arriver à l’impressionnant observatoire, dont la route d’accès goudronnée est condamnée l’hiver,  il faut compter entre 5 et 7h de marche, ce que nous n’avions pas prévu du tout. N’ayant que nos petites bottes, nous nous sommes tranquillement baladées dans les environs pour explorer les alentours.

J’ai déjà prévu d’y retourner quand les jours se feront meilleurs histoire de pouvoir le voir enfin, ce magnifique ciel étoilé et de tous les sentiers de randonnée. Promis, je vous ferais une petite mise à jour ! 🙂

megantic
megantic-1


Les réserves fauniques

Les réserves fauniques, comme leur nom l’indique, diffèrent des parcs nationaux de par leur vocation, qui est la préservation et la sauvegarde des animaux présents sur leurs territoires. Elles ont donc un peu moins d’infrastructures pour les visiteurs que leurs cousins les parcs nationaux.

La réserve faunique de Papineau-Labelle

Située dans la fameuse région des Laurentides, à 2h30 de Montréal vers l’ouest, la réserve est facile d’accès pour les excursions à la journée. Les paysages ressemblent un peu à ceux du Parc de la Mauricie, avec une forêt dense parsemée de lacs.

Il y est facilement possible de se trouver une petite plage où passer l’après-midi, comme il est tout à fait possible de passer sa journée à randonner dans le parc.

Papineau.jpg
Papineau 1.jpg


Pour une expérience complète dans la nature québécoise, les parcs offrent la possibilité de se loger directement sur place avec camping ou location de yourtes ou de chalets. Et passer la nuit au milieu des grandes forêts canadiennes, c’est quelques chose.

À la SÉPAQ, les chalets EXP offrent une immersion complète au coeur de la nature ! Ce sont de petits chalets magnifiquement bien designés, qui offrent de grandes baies vitrées pour se sentir en osmose avec la forêt ! À tester en été si vous n’êtes pas fan de camping … ou en hiver quand tout est froid dehors !

Pour plus d’infos, consultez le site de la SÉPAQ ou de Parcs Canada.

exp-1
exp

Alors, par quel parc vous laisseriez-vous tenter ?

Laisser un commentaire