Passer la nuit sur son île : le canot-camping au Québec

Catégories Canada, CARNETS DE VOYAGE

Qui n’a jamais rêvé d’avoir sa propre île, ne serait-ce que le temps d’une nuit Quand j’ai découvert qu’au Québec, le canot-camping était une activité très courante, vous imaginez bien que j’ai ca-po-té ! Alors quand l’occasion s’est présentée un week-end de septembre, nous avons prit la direction du parc du Poisson Blanc, dans les Laurentides.

Qu’est-ce que le canot-camping ?

Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un concept assez simple. Comme son nom l’indique, vous louez votre canot, emmenez votre matériel avec vous, et vous campez de manière sauvage au gré des courants.= La plupart des parcs au Québec proposent de telles activités durant l’été.

Première journée : découverte du canot-camping

J’avais déjà beaucoup entendu parlé du Parc régional du Poisson blanc. Celui-ci est en effet bien réputé pour le canot-camping grâce à ses aménagements en harmonie avec la nature. Sa centaine d’îles nous laisse le choix : taille, nombre d’emplacement de tentes ou distance avec le centre de départ … Et n’oblige pas nécessairement à faire un parcours, puisque l’île peut servir de base d’exploration. Également, le parc et situé à une distance raisonnable de Montréal, ce qui le rend plutôt pratique d’accès.

Nous sommes arrivés en tout début d’après-midi. Pour nous, cette expérience du canot-camping est une grande première. Le camping, on connaît et on a l’habitude. Le canot beaucoup moins … Nous louons 2 canots d’une capacité de 2 personnes chacun, et l’aventure commence !

Après avoir connu quelques galères et dérives, nous finissons par arriver tant bien que mal à l’île que nous avons réservée. Tout ça sans trop dépasser le temps annoncé sur les cartes. Je ne suis pas peu fière ! À peine débarqués, nous faisons le tour de l’île et dressons notre campement. Nous avons l’impression d’être des explorateurs, les premiers à mettre les pieds sur cette île, notre île ! Si si j’vous jure, rien que ça !



Jour 2 : seuls au monde, face à la nature

Ici c’est le Québec ! Qui dit septembre dit … fin du beau temps ? Si vous y aller à cette période, prévoyez un équipement chaud et de quoi vous protégez du vent et de la pluie. Mieux vaut prévenir que guérir !

Nous nous réveillons tranquillement sur notre île et prenons le temps de profiter du petit déj’… Et des rayons du soleil tout chauds qui pointent enfin le bout de leur nez. Au programme aujourd’hui ? Une petite excursion canot avec en cadeau, un point de vue sur les îles environnantes.

Étant donné que l’activité canot de la veille n’était pas très glorieuse, nous changeons de coéquipier pour la journée … Ce qui n’a pas nécessairement amélioré (ni empiré) les choses. Nous pagayons pendant quelques petites heures au milieu des îles désertes, longeant les côtes, avant de finalement atteindre notre but. Nous amarrons les canots, et c’est parti pour une petite marche. Le clou du spectacle est superbe. Nous nous sentons seuls au monde, transportés ailleurs, au coeur de la nature. Nous profitons de la vue pour pique-niquer … et en prendre plein les yeux !

Le retour a été légèrement catastrophique … Et cette fois pas seulement à cause de notre niveau en canot mais plutôt, notre sens de l’orientation. Il faut dire qu’il n’est pas super évident de se retrouver au milieu de toutes ces îles qui, finalement finissent par toutes se ressembler. Déjà la vieille et le matin, nous avons eu quelques difficulté à trouver notre point d’arrivée. En fin de compte, il se trouve que nous avons dépasser notre île depuis un moment sans nous en rendre compte …

Nous finissons par arriver, et profitons des joies du camping sauvage en cette dernière soirée. Nous sommes certes épuisés, mais heureux de cette journée, sportive, et pleine d’émerveillement.

N’oubliez pas de ranger vos sacs de nourriture, même sur une île. Le notre a été ravagé par un écureuil durant notre absence. On continue de se demander d’ailleurs pourquoi il y a des écureuils sur une minuscule île.



Canot-camping au parc du Poisson blanc : bilan

Vivement qu’on y retourne !

Il a plu, on a eu un peu froid, mais l’aventure, de temps en temps ça ne fait pas de mal ! Si vous aimez le plein-air et les activités au coeur de la nature, le canot-camping est fait pour vous !

Quant au parc du Poisson blanc, je n’ai pas été déçue. Les îles sont parfaitement aménagées avec de vraies places pour les tentes, des toilettes sèches et surtout, un emplacement idéal pour les feux de camp à la belle étoile. Mon moment préféré au camping. Les paysages sont superbes, typiques de la nature québécoise avec ses cours d’eau, ses falaises et ses forêts colorées … Surtout lorsque l’automne commence à pointer. Seul petit bémol, le manque d’indications (et je ne dis pas juste parce qu’on s’est perdus 3 fois!). Un conseil : restez focus, checker votre carte régulièrement et surveiller les panneaux sur les îles qui indiquent leur nom, seul moyen de savoir exactement où vous vous situez.

Il faut compter 25$/jour de location de canot. En ce qui concerne l’île, les prix varient en fonction du nombre de tentes et de la saison. À titre indicatif, pour deux tentes, nous avons payé 60$/nuit mi-septembre.



Une expérience unique qu’il ne faut vraiment pas manquer et que je vous recommande à fond si vous visitez le Québec. Et vous, ça vous tenterait ?

Et si le canot-camping n’est pas votre dada, rassurez-vous, les divers parcs du Québec permettent aussi d’autres activités.

Laisser un commentaire